Tribune Tendance
En cours de lecture
Mario Pelchat sans soutien : le Québec refuse d’intervenir
Tribune Tendance
Tribune Tendance

Mario Pelchat sans soutien : le Québec refuse d’intervenir

Hanane Kabbab
Mario Pelchat 20141008 03 Mario Pelchat sans soutien : le Québec refuse d'intervenir

Le chanteur et entrepreneur québécois Mario Pelchat fait face à une situation délicate. La Commission de la Protection du territoire Agricole du Québec (CPTAQ) a refusé de permettre la tenue de 45 spectacles programmés cet été dans son vignoble, une décision qui a mené à l’annulation des événements pour lesquels près de 9000 billets sur 11000 avaient déjà été vendus.

 

 

Selon les informations rapportées par Le Journal de Montréal, une plainte liée au bruit est à l’origine de cette décision stricte de la CPTAQ. Mario Pelchat a exprimé son désarroi face à cette situation : « J’ai tenté d’obtenir leur consentement ou leur clémence, mais ils menaçaient de porter l’affaire devant la cour supérieure.

 

J’ai décidé de tout arrêter, le stress devenant insupportable, causant même de l’hyperventilation et beaucoup d’anxiété. Cela entraîne la perte d’emploi de 35 personnes. »

 

 

Face à cette affaire, le ministre de l’Agriculture, André Lamontagne, s’est exprimé en soulignant qu’il n’était pas en mesure d’intervenir dans les décisions de la CPTAQ. Son collègue de la Culture, Mathieu Lacombe, a également pris position, en indiquant : « M. Pelchat a raison d’être déçu, mais il est important de respecter les règles établies. Ce n’est pas à moi de juger si la CPTAQ a raison ou non. »

 

Mario Pelchat 20141008 03 Mario Pelchat sans soutien : le Québec refuse d'intervenir
Source: Commons.wikimedia.org

 

En opposition, le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, a critiqué la rigueur de la loi actuelle et promis des réformes. Il affirme : « La loi actuelle est un exemple de surréglementation. Un gouvernement du Parti Québécois réformerait la loi sur la protection du territoire agricole pour mieux protéger les terres tout en permettant des activités inoffensives qui renforcent le lien entre la population et le territoire agricole. »

 

 

Cette situation soulève un débat important sur l’équilibre entre la protection des terres agricoles et la flexibilité nécessaire pour permettre des activités culturelles qui peuvent aussi valoriser et dynamiser ces espaces.

 

 

 

Source : Journaldemontreal

 

Défiler vers le haut