Tribune Tendance
En cours de lecture
Céline Dion est-elle encore Québécoise? Sophie Durocher choquée par sa réponse
Tribune Tendance
Tribune Tendance

Céline Dion est-elle encore Québécoise? Sophie Durocher choquée par sa réponse

Sarah Saint-Pierre
Capture decran 2024 04 29 144712

Céline Dion, icône mondiale de la musique, a récemment été au centre d’une controverse suite à ses commentaires sur son identité culturelle dans une interview pour le magazine Vogue France. À 56 ans, l’artiste a exprimé une vision de son identité qui va au-delà des frontières nationales, déclarant :

Capture decran 2024 04 29 145045

« Je me sens femme. Je me sens mère de famille. Je suis une chanteuse, une rêveuse avant d’être québécoise, américaine ou française. Je parle à mes enfants en français et en anglais. Mes enfants pensent que je parle toutes les langues. Je suis née au Québec, mes enfants sont nés aux États-Unis. J’ai du sang français, j’ai du sang québécois, j’ai du sang américain. Et partout où je vais, je chante dans une autre langue, j’apprends quelque chose, je vole un peu de cette culture qui m’impressionne. »

Cette perspective cosmopolite a suscité une vive réaction, notamment de la part de Sophie Durocher, une commentatrice culturelle bien connue au Québec. Dans son article critique, Durocher exprime son inquiétude quant à la manière dont Dion représente ses racines québécoises :

« J’ose émettre le début du commencement de l’amorce d’une hypothèse. Du temps de monsieur Angélil, Céline n’aurait jamais minimisé ainsi ses racines québécoises. Comme si la France, le Québec et les États-Unis étaient trois parts égales de son identité. Céline, c’est la diva de Charlemagne! C’est notre Céline nationale! Ce n’est pas parce qu’elle vit aux USA qu’elle perd le sirop d’érable qui coule dans ses veines! Ce n’est pas parce qu’elle vit aux USA qu’elle a du sang américain! »

Durocher souligne également l’impact de l’environnement linguistique sur les enfants de Dion :

« Que Céline parle autant en anglais qu’en français à ses enfants qui vivent aux États-Unis et qui sont déjà entourés d’anglais (alors que le français, ils ne l’entendent qu’à la maison), ça me fait également un petit pincement au cœur. »

Ces commentaires de Céline Dion et les critiques de Durocher alimentent un débat plus large sur l’identité culturelle dans un monde globalisé, où les notions d’appartenance et de racines peuvent être perçues de manière très différente selon les individus.

Dans ce contexte globalisé, où chacun peut choisir de définir son identité à sa manière, pensez-vous que les figures publiques comme Céline Dion ont une responsabilité particulière dans la façon dont elles représentent leurs racines culturelles?

Source: Monde de stars, Le journal de Québec et Vogue magazine

Défiler vers le haut