Tribune Tendance
En cours de lecture
Des temps durs attendent les acheteurs de maison prochainement
Tribune Tendance
Tribune Tendance

Des temps durs attendent les acheteurs de maison prochainement

Le marché de l’immobilier au Québec est sur le point de devenir un terrain de plus en plus difficile pour ceux qui cherchent à acheter ou à vendre une maison. Dans un contexte où les acheteurs et les vendeurs espèrent trouver leur bonheur, plusieurs indicateurs suggèrent que les défis s’accumulent.

Selon des experts cités par Le Devoir, le Québec fait face à un défi majeur : combler un besoin de près d’un million de logements d’ici six ans. Marc Lefrançois, un courtier immobilier chez Royal LePage, souligne l’urgence de la situation en se référant à des données de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).

Il précise, « En 2024, il restera seulement six ans pour combler le besoin de près d’un million de logements au Québec ».

L’Association canadienne de l’immeuble (ACI) partage cette préoccupation, mettant l’accent sur l’importance d’accroître rapidement l’inventaire pour rééquilibrer l’offre et la demande et, par conséquent, réduire la pression sur les prix. Pierre Leduc, responsable des relations médias pour l’ACI, explique, « Plus on augmentera rapidement l’inventaire, plus vite on atteindra une situation équilibrée entre l’offre et la demande et une diminution de la pression sur les prix ».

Cette situation tendue sur le marché immobilier favorise les vendeurs, bien que ceux-ci puissent aussi éprouver des difficultés à trouver un nouveau logement qui répond à leurs besoins. La dynamique pourrait légèrement changer avec la génération des baby-boomers qui, après avoir hésité pendant la pandémie, pourrait maintenant être plus encline à déménager en condo, libérant ainsi des maisons pour les familles en quête d’espace.

Un changement notable pourrait survenir avec la possible baisse des taux d’intérêt par la Banque du Canada dès cet été. Cette anticipation stimule déjà un retour progressif des acheteurs sur le marché. Marc Lefrançois observe, « Les acheteurs retournent tranquillement vers le marché. Le phénomène va s’amplifier à l’approche de la diminution des taux ».

Pour l’instant, il semble y avoir un léger avantage pour les acheteurs, surtout pour ceux qui sont prêts à négocier sur des propriétés qui sont sur le marché depuis un certain temps. Cependant, cet avantage risque de s’évaporer avec la réapparition des offres multiples, signalant un retour vers un marché plus compétitif.

L’augmentation des prix, combinée à la pression sur le marché locatif, oblige les acheteurs potentiels à faire des compromis significatifs, notamment sur le quartier ou le type de logement de leurs rêves. Marc Lefrançois conseille aux acheteurs de ne pas tarder, tandis qu’il suggère aux vendeurs d’attendre encore un peu avant de mettre leur propriété sur le marché.

Voir aussi

Le marché immobilier de 2024 s’annonce donc complexe, avec des défis à la fois pour les acheteurs et pour les vendeurs. Les perspectives semblent indiquer qu’il n’y aura pas de retour à un marché plus calme et équilibré de sitôt, marquant la fin d’une période d’accalmie récente. Les personnes impliquées dans l’achat ou la vente d’une propriété doivent se préparer à naviguer dans un environnement où la patience, la flexibilité et la stratégie seront cruciales.

 

Source: Les Maisons et Le Devoir

Défiler vers le haut