Tribune Tendance
En cours de lecture
La police des poubelles impose des amendes salées pour les erreurs de recyclage !
Tribune Tendance
Tribune Tendance

La police des poubelles impose des amendes salées pour les erreurs de recyclage !

Sarah Saint-Pierre
Capture decran 2024 04 29 171842

À Montréal, une nouvelle initiative qui surveille de près comment les gens jettent leurs ordures fait beaucoup parler. Le but? S’assurer que tout le monde suit les règles pour recycler correctement.

L’administration de la mairesse Valérie Plante a mis en place des agents spéciaux, surnommés la « police des poubelles ». Ces agents fouillent dans les poubelles pour voir si les résidents et les entreprises mettent bien les déchets au bon endroit.

Comment font-ils pour savoir qui ne recycle pas correctement? Ils cherchent des indices, comme des étiquettes avec des adresses sur les emballages, pour identifier ceux qui ne suivent pas les règles.

Si quelqu’un ne respecte pas les instructions, il reçoit d’abord un avertissement. Mais si ça continue, là, les amendes tombent. Et attention, elles peuvent être très élevées : jusqu’à 2000$ pour les particuliers et 4000$ pour les entreprises. Un résident a déjà été sanctionné pour une simple erreur de tri, comme rapporté par ICI Radio-Canada.

Avec plus d’agents qui patrouillent, les infractions ont augmenté. Sophie Mauzerolle, conseillère municipale, explique que cette hausse est due au renforcement des effectifs.

Mais tout le monde n’est pas d’accord avec cette méthode. Sur les réseaux sociaux, des gens critiquent cette politique. Ils la trouvent trop intrusive, surtout en ces temps économiquement difficiles. Certains vont même jusqu’à la comparer à une forme de surveillance extrême, rappelant le célèbre roman “1984” de George Orwell, où chaque geste des citoyens est surveillé.

En somme, cette nouvelle politique de surveillance des déchets à Montréal divise : elle vise à améliorer le recyclage, mais elle soulève aussi de grandes questions sur la vie privée et la liberté individuelle.

Source: Radio-Canada et Pigeon qc

Défiler vers le haut