Tribune Tendance
En cours de lecture
Les prévisions pour mai : un mois à surveiller
Tribune Tendance
Tribune Tendance

Les prévisions pour mai : un mois à surveiller

Sarah Saint-Pierre
Design sans titre 4

Mai, traditionnellement perçu comme le messager du printemps au Québec, pourrait en réalité se révéler comme un mois crucial dans la détermination de la tendance climatique de toute une saison. La question que tous se posent est donc la suivante : un début de printemps doux est-il un présage fiable pour un mois de mai tout aussi clément ?

Selon Réjean Ouimet, météorologue renommé, les analyses des données météorologiques qui s’étendent sur plus de 80 ans depuis 1942, montrent que la corrélation entre les températures de mars, avril et celles de mai n’est pas systématiquement évidente sur le long terme. “La possibilité n’est pas éloquente sur une longue perspective historique”, précise-t-il.

Cependant, en examinant des périodes plus récentes, notamment les trente dernières années, un patron plus défini semble émerger. « Lorsque mars et avril sont particulièrement doux, cela peut souvent présager un mois de mai également chaud, signe d’un été précoce et agréable », explique Réjean Ouimet. Il poursuit en détaillant les mécanismes météorologiques en jeu : « Le vortex se retire vers le nord et l’anticyclone subtropical commence à prendre la relève et s’étend davantage vers nos latitudes. »

Ce phénomène, selon Ouimet, marque la transition de la saison froide vers la saison chaude, une période pendant laquelle des conditions plus douces en mars et avril facilitent le passage vers un climat estival. Malgré cela, les cas de mai décevant sont devenus rares. Les records de froid pour ce mois, observés principalement dans les années 1950 et 1960, n’ont pas suivi des débuts de printemps doux. Ouimet rappelle même que la région de Gaspé en 2019, qui a frôlé un record de froid en mai, suivait une période prolongée de froid qui avait commencé dès octobre 2018, allant à l’encontre de la tendance générale observée récemment.

En somme, même si les données historiques longues ne confirment pas une relation infaillible entre un printemps doux et un mois de mai chaud, les observations plus récentes suggèrent une évolution vers cette tendance. Pour ceux qui espèrent un début d’été précoce et agréable, un printemps doux pourrait bien être le signe annonciateur tant espéré.

 

Source: Météomédia et Croustillant

Défiler vers le haut