Tribune Tendance
En cours de lecture
Patrick Roy : Sa villa vendue à -40% de l’espéré
Tribune Tendance
Tribune Tendance

Patrick Roy : Sa villa vendue à -40% de l’espéré

La demeure autrefois possédée par Patrick Roy, figure emblématique du hockey, située près du lac Beauport à Québec, a récemment changé de propriétaires dans des conditions qui ont suscité l’étonnement général.

Vendue initialement par Roy pour 5 775 000$, ses récents propriétaires, Harold Rouleau et Dave Villeneuve, avaient placé la barre haut en demandant le double du prix, soit 11,9 M$, lorsqu’ils ont décidé de la remettre sur le marché.

Cette maison, située au 367, chemin du Tour-du-Lac, n’a toutefois pas atteint les sommets espérés en termes de prix de vente. Elle a été acquise pour 7,1 M$, ce qui représente une baisse notable de 40 % par rapport au prix initialement souhaité par Rouleau et Villeneuve. Cette transaction met en lumière l’écart entre les attentes et la réalité du marché immobilier de luxe.

Sans subir de rénovations majeures qui auraient pu justifier une telle augmentation de prix, la résidence offre toujours un cadre de vie exceptionnel avec ses 35 pièces incluant cinq chambres, sept salles de bain, une terrasse chauffée, une cuisine extérieure et un garage triple.

La propriété s’étend sur un terrain imposant de plus de 12 000 m2, agrémenté d’une plage privée, d’un quai et d’un abri pour bateau, offrant ainsi un cadre idyllique à ses habitants.

La dernière évaluation de la propriété s’élevait à 4 715 100$, enregistrant une augmentation de 11% par rapport à la précédente. Cette valorisation souligne l’attrait de l’emplacement et des installations, bien que le prix de vente final n’ait pas reflété les ambitions des vendeurs.

Voir aussi

La vente a également eu des implications financières pour la ville de Lac-Beauport, avec des droits de mutation s’élevant à 203 732$ payés par les acheteurs. Ce cas de figure illustre les fluctuations du marché immobilier de luxe et rappelle l’importance d’aligner le prix demandé sur les réalités économiques et les attentes des acheteurs potentiels.

Source : TVA Nouvelles et lesmaisons

Défiler vers le haut