Tribune Tendance
En cours de lecture
PQ et QS à la croisée des chemins
Tribune Tendance
Tribune Tendance

PQ et QS à la croisée des chemins

Avatar
67272327 500655b58ee9ea de5c 48ba b509 4a2451d5444f ORIGINAL PQ et QS à la croisée des chemins

Dans les arcanes de la politique québécoise, une bataille idéologique fait rage entre le Parti Québécois (PQ) et Québec Solidaire (QS). Jadis, une alliance semblait envisageable, mais aujourd’hui, les fissures idéologiques sont béantes.

Le PQ, longtemps considéré comme le bastion des aspirations nationalistes modérées, s’est retrouvé sur la corde raide avec son projet d’alliance électorale avec QS. Cette initiative, autrefois perçue comme une lueur d’espoir, a rapidement viré au désenchantement pour bon nombre de militants.

D’un côté, le PQ tente de regagner la faveur d’une base militante désabusée. De l’autre, QS, fort de ses racines ancrées dans l’anticapitalisme et le progressisme radical, voit d’un mauvais œil toute proximité avec un parti perçu comme trop modéré.

Le cœur du débat réside dans la perception des enjeux clés : l’immigration, la souveraineté et l’avenir économique du Québec. Les applaudissements nourris à l’encontre de Gabriel Nadeau-Dubois, fervent défenseur de l’indépendance contre un supposé référendum sur l’immigration, témoignent de cette fracture idéologique profonde.

Mais au-delà des discours politiques, c’est une lutte ancestrale entre deux visions de la gauche qui se joue ici. QS, héritier d’une tradition anticapitaliste, voit dans le PQ un ennemi de classe, un rempart à sa propre existence politique. Pour QS, le véritable adversaire n’est pas la droite, mais la gauche modérée, qui entrave son ascension vers un changement radical.

Ainsi, la politique québécoise se trouve au carrefour de deux mondes, où la lutte des idées éclipse parfois la quête commune d’un Québec meilleur.

Défiler vers le haut