Tribune Tendance
En cours de lecture
Première démission suite à la controverse des terrasses à Montréal
Tribune Tendance
Tribune Tendance

Première démission suite à la controverse des terrasses à Montréal

Sophie Demers
valerieppp Première démission suite à la controverse des terrasses à Montréal

C’est le sujet brûlant du moment : vendredi soir dernier, plusieurs restaurants de la rue Peel ont vécu un véritable cauchemar lorsque de nombreux agents du service de sécurité de la Ville sont intervenus en masse pour exiger la fermeture immédiate de leurs terrasses.

Le hic ? L’intervention a eu lieu un vendredi soir à 21h, alors que les restaurants étaient bondés en pleine célébration du Grand Prix de Montréal, une période extrêmement lucrative pour l’industrie de la restauration.

Cette affaire a suscité beaucoup de réactions, notamment après la diffusion d’une vidéo par une restauratrice. Sandra Ferreira, directrice des opérations du Café Ferreira, a exprimé son indignation dans une vidéo qu’elle a partagée sur les réseaux sociaux.

La mairesse de Montréal a participé à de nombreuses entrevues récemment, y compris un passage très remarqué chez Paul Arcand sur les ondes du 98,5 FM, où elle a visiblement eu des difficultés. Au cours de cet échange tendu de plus de 15 minutes, la mairesse a admis qu’il y avait eu un manque de communication entre le Service de sécurité de Montréal et l’arrondissement. Elle a aussi promis de réaliser un post-mortem et d’organiser une rencontre franche entre le service de sécurité, l’arrondissement et les commerçants pour clarifier la situation.

Lundi après-midi, on a appris qu’une première mesure disciplinaire avait été prise : un employé des services de sécurité a été suspendu. Cette annonce a été faite lors d’une conférence de presse par Luc Rabouin, président du comité exécutif de la Ville de Montréal.

« C’est la direction générale qui mène une enquête administrative et qui a déjà pris des mesures en suspendant une personne durant l’enquête », a-t-il expliqué aux journalistes.

Voici une analyse détaillée de la situation et un résumé pertinent, présentés sur les ondes de RDI dans l’émission Mordus de politique :

« Ce n’est pas que je n’apprécie pas votre réponse, c’est que vous n’avez pas répondu ! Dites simplement que vous ne voulez pas répondre, et je passerai à une autre question. »

« Pour ma part, je vais attendre le résultat du post-mortem, mais je tiens à clarifier qu’il y a eu clairement un problème de communication entre le moment où le service de sécurité a informé les propriétaires de terrasses que leur installation n’était pas conforme, quelques jours avant, et le soir même. Comment se fait-il que nous n’en ayons pas été informés plus tôt ?

En tant qu’arrondissement, nous aurions dû être prévenus, car ce n’est pas notre première expérience avec des événements de cette envergure. En tant que mairesse de Ville-Marie depuis six ans, les choses se sont toujours bien passées, et je trouve inacceptable que cela se soit produit un vendredi soir. »

Vous pouvez écouter cet extrait sur le site du 98,5 FM.

Une entrevue tendue qui suscite de vives réactions

Paul Arcand est reconnu pour son habileté à conduire des entrevues rigoureuses, poussant les politiciens à sortir de leurs réponses toutes faites. À l’approche de son départ de l’émission qu’il a animée avec excellence depuis des décennies, l’animateur a une fois de plus démontré pourquoi il est considéré comme le meilleur dans son domaine. « Quelles sont les réponses ? Avez-vous des réponses ? Savez-vous pourquoi ? Vous devez cela aux Montréalais ! » a insisté Paul Arcand, face à une mairesse qui répétait que les détails seraient révélés lors d’un post-mortem plus tard dans la journée.

« Je ne suis pas d’accord avec vous », a répliqué la mairesse. « Je ne suis pas spécialiste des marquises. Il est normal que des discussions aient lieu, et j’ai demandé un échange franc entre le service de sécurité, l’arrondissement et les commerçants. C’est absolument nécessaire. Mais ce que vous me demandez, je ne peux pas faire un procès à ce stade. »

« Je ne vous demande pas de faire un procès, je veux savoir ce qu’on vous a dit ! » a insisté l’animateur, qui entame sa dernière semaine à l’antenne avant de quitter son poste de morning-man. « Mes questions sont très sincères et reflètent les interrogations des Montréalais, y compris des propriétaires de terrasses qui se demandent pourquoi elles ont été fermées un vendredi soir à neuf heures et demie. »

En tant qu’arrondissement, nous aurions dû être prévenus, car ce n’est pas notre première expérience avec des événements de cette envergure. En tant que mairesse de Ville-Marie depuis six ans, les choses se sont toujours bien passées, et je trouve inacceptable que cela se soit produit un vendredi soir. »

Vous pouvez écouter cet extrait sur le site du 98,5 FM.

Source: Mon Fric

 

 

Défiler vers le haut