Tribune Tendance
En cours de lecture
Triste nouvelle : Érik Canuel, réalisateur de Bon Cop, Bad Cop, nous a quittés
Tribune Tendance
Tribune Tendance

Triste nouvelle : Érik Canuel, réalisateur de Bon Cop, Bad Cop, nous a quittés

Hanane Kabbab
Capture decran 2024 06 17 135537 Triste nouvelle : Érik Canuel, réalisateur de Bon Cop, Bad Cop, nous a quittés

Le cinéma québécois en deuil : Décès d’Érik Canuel, réalisateur emblématique

 

 

C’est avec une profonde tristesse que le monde du cinéma québécois a appris le décès d’Érik Canuel, survenu samedi dernier. À l’âge de 63 ans, le réalisateur renommé a été emporté par une leucémie à plasmocytes secondaire fulgurante, une maladie soudaine et implacable. La nouvelle de son départ a été annoncée par la boîte de communications Annexe.

 

 

Érik Canuel laisse derrière lui un héritage cinématographique riche et diversifié. Avant de se lancer dans le cinéma, il avait déjà marqué le monde des arts visuels en réalisant 50 vidéoclips et environ 250 publicités. Sa transition vers le cinéma a été marquée par une série de succès notables qui ont captivé le public et la critique.

 

 

Son premier long métrage, “La loi du cochon”, sorti en 2001, avec Isabel Richer en vedette, a établi Canuel comme une force créative dans l’industrie. Il a continué sur sa lancée avec des films tels que “Nez rouge” (2003) et “Le dernier tunnel” (2004), consolidant sa réputation grâce à sa capacité à naviguer entre différents genres avec aisance.

 

 

Cependant, c’est avec “Bon Cop, Bad Cop” que Canuel a vraiment marqué l’histoire du cinéma canadien. Le film, qui mettait en scène Patrick Huard, a non seulement brisé tous les records de billetterie au Canada, mais a également reçu un accueil chaleureux tant au Québec qu’à travers le pays, récoltant plus de 12 millions de dollars. Le succès du film a été tel qu’une suite a vu le jour, renforçant le statut culte de l’original.

 

 

Au-delà des blockbusters, Érik Canuel a également exploré des terrains plus sombres avec des films comme “Cadavres” (2009) et “Lac Mystère” (2013), prouvant sa versatilité et son talent pour la comédie noire.

 

 

La disparition d’Érik Canuel est une grande perte pour le cinéma québécois et canadien. Son œuvre continuera de vivre et d’inspirer tant les cinéastes que les cinéphiles. Nous offrons nos plus sincères condoléances à sa famille, ses amis et tous ceux qui ont été touchés par son art et sa vision.

 

Source : radio-canada

Défiler vers le haut