Tribune Tendance
En cours de lecture
Une jeune femme exprime sa frustration de ne pas trouver d’emploi à cause de ses tatouages
Tribune Tendance
Tribune Tendance

Une jeune femme exprime sa frustration de ne pas trouver d’emploi à cause de ses tatouages

Sarah Saint-Pierre
Capture decran 2024 04 30 120219d

Dans un récit captivant et controversé qui a capturé l’attention des internautes, Ash Putnam, une jeune femme de 23 ans aux nombreux tatouages et piercings, notamment au visage, affirme que TJ Maxx l’a rejetée pour un emploi en raison de son apparence distinctive.

Après avoir reçu un courriel automatique lui annonçant qu’elle n’avait pas été retenue, quelques semaines après sa candidature, Ash a partagé sa frustration sur TikTok, soulevant des questions sur la discrimination à l’embauche basée sur le physique.Capture decran 2024 04 30 120336

L’histoire commence lorsque Ash, dans l’espoir d’obtenir un travail à temps partiel pour alléger ses dettes, postule chez TJ Maxx. Sa déception est immense lorsqu’elle reçoit un rejet par courriel, sans explication personnelle, ce qui est courant dans les grandes entreprises.

Ne se laissant pas décourager, elle se rend en personne dans le magasin pour obtenir des clarifications. Là, un employé lui explique qu’elle n’a pas été retenue en raison de son manque d’expérience, bien que Ash soupçonne que ses tatouages soient la vraie raison de ce refus.

Sur TikTok, Ash exprime son mécontentement :

«Je déteste que mes tatouages soient un facteur qui déterminera si j’obtiendrai ou non un emploi. Ce n’est pas parce que j’ai des tatouages que je ne serai pas une bonne travailleuse. Je ne comprends pas du tout cela. Parce que littéralement, certaines des personnes les plus intelligentes que j’ai jamais rencontrées sont des personnes tatouées avec des piercings.»

@ashxobrien I want to know who is also having a hard time finding a job right now! #jobs #jobmarket ♬ original sound – Ash🖤

Les tatouages d’Ash incluent des images sataniques, une représentation de Baphomet avec un pentagramme sur le front, et une croix de Léviathan sur le dos de sa main. Bien que l’application en ligne pour le poste chez TJ Maxx ne demande pas de portrait, le débat suscité par son cas soulève la question de l’expérience requise pour les emplois de niveau d’entrée et la discrimination potentielle basée sur l’apparence.Capture decran 2024 04 30 120352

Les réactions sur les réseaux sociaux sont partagées. Un homme, se présentant comme superviseur des ressources humaines, a commenté :«Il est impossible qu’une entreprise vous présente devant des clients comme TJ Maxx.» Cette affirmation souligne les défis auxquels sont confrontées les personnes avec des modifications corporelles visibles dans le milieu professionnel.

Un autre exprime son soutien : «Vous avez tous des préjugés ici, c’est sûrement une excellente employée qui vas apporter une couleur différente dans une entreprise, elle est unique, moi je l’engage si elle répond est à mes critères professionnels : intelligence, culture, passion, parler plus d’une langue, générosité et être imaginatif.»

Ce commentaire souligne le débat autour de la capacité de Ash à contribuer positivement au milieu de travail, indépendamment de son apparence. L’affaire met en lumière non seulement les défis rencontrés par ceux qui portent des tatouages visibles, mais interroge également sur les critères d’embauche et l’ouverture d’esprit dans le monde professionnel contemporain.

Cette affaire illustre non seulement les obstacles rencontrés par ceux qui choisissent de porter des tatouages visibles, mais pose également des questions importantes sur les critères d’embauche et l’inclusivité dans le monde du travail.

 

Source: Monde de stars, Dailymail et page de Ash Putnam

Défiler vers le haut