Tribune Tendance
En cours de lecture
Une maman monoparentale critique les parents qui laissent leur enfant à la garderie tous les matins
Tribune Tendance
Tribune Tendance

Une maman monoparentale critique les parents qui laissent leur enfant à la garderie tous les matins

Hanane Kabbab
fsdhuuisdf e1714132982529

 

En parcourant TikTok, vous pourriez tomber sur le compte de @isatandstared, où une maman solo partage ouvertement sa décision de ne pas travailler pour rester à la maison avec son enfant. Elle exprime son incompréhension face aux parents qui optent pour la garderie chaque matin.

 

Cette mère a choisi de se concentrer pleinement sur l’éducation de son enfant plutôt que de rejoindre le marché du travail, une décision qu’elle juge financièrement et émotionnellement logique. “Si je me trouvais une job, qui s’occuperait de mon bébé pendant que je suis au travail ?” interroge-t-elle. Le coût de la garderie équivaut, selon elle, à un salaire entier, rendant le travail peu rentable.

 

Elle souligne l’importance des premières années de la vie d’un enfant, qu’elle considère comme irremplaçables. “Cela n’a donc aucun sens pour moi de passer 40 ou 50 heures par semaine loin de mon bébé. Un temps précieux que je ne récupérerai jamais parce qu’ils ne seront petits qu’une fois.”

 

fsdhuuisdf e1714132982529

Face aux défis financiers, elle a envisagé de poursuivre le père biologique de son enfant pour une pension alimentaire, estimant qu’il est juste qu’il contribue aux dépenses liées à l’éducation de leur enfant.

 

Malgré ses intentions, la réaction du public ne fut pas celle espérée. Accusée d’être une mauvaise mère et critiquée pour ses choix, elle exprime sa déception face à ces jugements. “Je pensais que les gens seraient heureux pour moi… mais au lieu de cela, je reçois toutes ces réactions négatives.”

 

Elle fait également part de sa difficulté à trouver une personne de confiance disponible pour garder son enfant, soulignant que ses proches travaillent tous. “Alors que ferais-je du bébé ?”, s’interroge-t-elle, révélant une facette souvent négligée du dilemme des mères travaillant à l’extérieur.

 

Cette maman regrette que la société ait normalisé le fait de passer du temps loin de nos familles. Pour elle, ne pas se conformer à ce modèle de vie n’est pas un signe de faiblesse, mais un choix mûrement réfléchi pour le bien-être de son enfant.

 

La question demeure ouverte : comment notre société peut-elle mieux soutenir les choix personnels des parents en matière de garde et d’éducation de leurs enfants, sans stigmatisation ni jugement ?

 

 

Défiler vers le haut