Tribune Tendance
En cours de lecture
Voici les pires hôpitaux de France, selon la Haute Autorité de Santé
Tribune Tendance
Tribune Tendance

Voici les pires hôpitaux de France, selon la Haute Autorité de Santé

La Haute Autorité de Santé (HAS) vient de lever le voile sur la qualité des hôpitaux français, mettant en lumière les performances variées des établissements de santé à travers le pays. Dans un effort de transparence et d’amélioration continue des soins, la HAS a publié sur le site QualiScope une étude détaillée permettant aux patients et aux professionnels de la santé de s’informer sur le niveau de qualité et de sécurité des soins proposés par chaque hôpital.

L’évaluation conduite par la HAS est un processus rigoureux qui s’étend sur deux décennies, incluant tous les établissements de santé, qu’ils soient publics ou privés. Cette évaluation est basée sur la certification des établissements, la mesure d’indicateurs spécifiques de qualité et de sécurité, ainsi que sur l’accréditation des médecins et des équipes médicales, particulièrement dans les spécialités présentant des risques.

Selon les résultats publiés, un constat positif se dégage avec 84% des établissements visités recevant une certification. Parmi eux, 21% ont même obtenu une mention, soulignant l’excellence de la qualité des soins offerts. Toutefois, le tableau n’est pas sans ombre. En effet, 13% des hôpitaux ont été certifiés sous condition et 3% n’ont pas reçu de certification, reflétant une qualité de soins jugée insuffisante.

Anne Chevrier, directrice de la certification à la HAS, pointe du doigt que le pourcentage d’établissements non certifiés, bien que faible, est le plus élevé jamais enregistré. Les raisons de ces évaluations défavorables incluent notamment des complications dans la gestion de la douleur, des difficultés de coordination des soins, ainsi qu’une prévention insuffisante des infections nosocomiales.

Les 28 établissements certifiés sous condition se répartissent principalement dans les régions de Bretagne, Nouvelle-Aquitaine, Grand Est et Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), révélant des zones géographiques où les efforts doivent être intensifiés pour garantir un niveau de soin optimal.

Voir aussi

De plus, une attention particulière est portée aux 11 établissements d’Outre-mer qui n’ont pas été certifiés, avec une concentration notable en Guyane française, en Guadeloupe, ainsi qu’à Saint-Barthélemy et Saint-Martin. Ces chiffres mettent en évidence les défis spécifiques aux territoires ultramarins en matière d’accès à des soins de qualité.

Cette étude de la HAS, accessible via QualiScope, offre ainsi un outil précieux pour les patients à la recherche du meilleur établissement de santé dans leur région. Elle représente également un levier d’action pour les établissements de santé en quête d’amélioration, les incitant à placer la qualité et la sécurité des soins au cœur de leurs priorités.

Dans un paysage de santé en constante évolution, la transparence et l’engagement vers l’excellence restent cruciaux. La HAS, à travers ses évaluations, contribue activement à élever le standard des soins en France, assurant ainsi le bien-être et la sécurité de tous les patients.

Défiler vers le haut