Tribune Tendance
En cours de lecture
L’ancien ministre Benoît Pelletier nous a quittés à 64 ans
Tribune Tendance
Tribune Tendance

L’ancien ministre Benoît Pelletier nous a quittés à 64 ans

L’ex-député de Chapleau et ancien ministre des Affaires intergouvernementales, Benoît Pelletier, est décédé le 30 mars au Mexique, comme l’a confirmé sa famille. Avant sa carrière politique, Pelletier était un éminent professeur à la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa et avait 64 ans au moment de son décès.

 

Sa famille a partagé dans un communiqué diffusé lundi que Benoît Pelletier était non seulement reconnu pour ses réalisations professionnelles exceptionnelles mais aussi comme un époux aimant, un père dévoué, humoristique, généreux et toujours prêt à écouter. Passionné par le Québec et la langue française, il partageait cet amour avec ses enfants et proches. Passionné de randonnée et de culture, il appréciait les voyages mondiaux, laissant à sa famille de précieux souvenirs.

Il est survécu par son épouse Danièle Goulet, et leurs enfants Florence, Françoise, Jean-Christophe, et Mathilde. Installé en Outaouais depuis 1983 après ses études de droit à l’Université Laval, Pelletier a œuvré au ministère de la Justice et au Service correctionnel du Canada à Ottawa, avant de se vouer à l’enseignement dès 1990.

 

Reconnu pour son expertise en questions constitutionnelles, il était un professeur prolifique et aimé de ses étudiants, recevant le Prix d’excellence en enseignement de l’Université d’Ottawa en 1998. Son collègue, François Rocher, souligne sa rigueur et sa générosité, qualités qui lui ont valu un prix en enseignement.

Sa carrière politique débute avec son recrutement par Jean Charest au PLQ, menant à trois élections réussies en tant que député de Chapleau. Ministre dans plusieurs domaines, il a joué un rôle clé dans la définition de la position du Québec au Canada, valorisant une approche de non-confrontation.

Après dix ans en politique, il retourne à l’enseignement en 2009, restant actif dans le débat public, notamment sur l’aide médicale à mourir et d’autres sujets d’actualité. Ses contributions médias étaient reconnues pour leur clarté et impact.

Voir aussi

 

François Larocque, de l’Université d’Ottawa, loue sa connaissance encyclopédique et sa capacité à vulgariser les enjeux complexes. Pelletier, malgré une grave maladie en 2021, avait conservé un moral fort, témoignant des séquelles long terme de son combat contre la COVID-19.

 

Défiler vers le haut